Une tentative de vulgariser des concepts économiques compliqué dans une bande dessinée à l’américaine. Organisée en trois partie, la première étant un résumé de la vie d’Ayn Rand, est la plus intéressante. Figure du néo-libéralisme, elle illustre la pensée libérale des Etats-Unis de l’époque. La deuxième partie, le krach, parle de la crise des subprimes, et a l’avantage d’être assez pédagogique. La troisième partie, parle de ce lien entre émotions et orientation politique: l’idée que nos orientations politiques dépendent de nos émotions. Les gens heureux votent à gauche et les autres à droite. Elle compare ainsi conservateurs et progressistes. Cette idée est contradictoire avec l’idée de la lutte des classes mais souvent discutée en cours de science politique dans les universités.

Notre avis sur cette bande dessinée est mitigé. Elle est longue, avec des textes qui s’étirent, et les dessins ne sont malheureusement pas très bien utilisés comme support pédagogique ou explicatif. Il aurait été plus intéressant de publier trois bande dessinées séparées ou une seule, en supprimant la troisième partie. Toutefois, elle reste un ouvrage assez accessible pour comprendre des théories politiques complexes. La première et la deuxième partie sont instructives et posent les bases de la pensée néo-libérale, essentiel pour comprendre l’intérêt des théories marxistes et anarchistes.

Pour un aperçu rapide des origines du capitalisme, vous pouvez aussi lire notre texte: Le capitalisme.

Coût 22 euros ou 30 CHF