« Je ne suis pas venu avec un bouquet de fleurs pour Mussolini. »

Gino Lucetti est né le 31 août 1900 à Avenza, un hameau en Toscane. Originaire de la ville de Carrare, bastion anarchiste du nord de l’Italie, il est issu d’une famille de la classe ouvrière.

Pendant la 1ère Guerre mondiale, il sert dans les unités d'assaut de l’armée italienne. L’Italie traverse de graves crises politiques et sociales durant la période d’après-guerre de 1918 à 1921 appelée « Biennio Rosso ». Les ouvriers s’organisent en « conseils », lancent des grèves, occupent leurs usines et les paysans exproprient les terres des grands propriétaires terriens. Face à ce vent révolutionnaire inspiré par la révolution russe, un mouvement réactionnaire se constitue autour de Benito Mussolini : le fascisme.

Avec l’appui de la bourgeoisie et de l’Etat, les fascistes attaquent et assassinent les leaders ouvriers et de gauche. Face à la violence des « chemises noires » de Mussollini, Lucetti s’engage dans les rangs des « Arditi del Popolo », la première organisation antifasciste de l’histoire. Les Arditi del Popolo était une organisation para-militaire qui avait pour objectif la protection des quartiers ouvriers, des journaux, des imprimeries et des locaux de la gauche révolutionnaire.

Lors du « Biennio Rosso », Gino Lucetti a développé une conscience politique qui l'a conduit à s'opposer activement au fascisme naissant et à adhérer aux idées anarchistes. Il prend part à de nombreux affrontements violents avec les chemises noires  et est contraint de s’exiler à deux reprises.

C’est en France que Lucetti prépare son plan pour assassiner Benito Mussolini. Le 11 septembre 1926, il lance une bombe au passage de la voiture du dictateur, sur la place de Porta Pia à Rome. La bombe rebondit sur le capot de l’automobile et explose au sol en blessant légèrement 8 passant.e.s.

Lucetti est arrêté en possession d’un revolver avec des balles « dum-dum » empoissonnées à l’acide muriatique et d’une dague. Il est condamné à la prison à vie aux côtés de deux autres anarchistes jugés complices, Leandro Sorio et Stefano Vatteroni.

En 1943, après 17 ans de détention, Lucetti est libéré de la prison de Santo Stefano par l’avancée des Alliés, mais meurt quelques jours plus tard à Ischia, le 17 septembre 1943, touché par des éclats d'obus tirés par les Allemands pendant un bombardement.

Une brigade de partisans anarchistes de la région Carrare a porté son nom jusqu’à la fin du conflit.